Kazuo - Watch the flames climb high into the night

Kazuo - Watch the flames climb high into the night

 :: Personnages :: Fiches de personnages :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Professeur de philosophie
Clubs:
Buddy:
Mauvaise influence
Mer 2 Aoû - 16:06
Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2017
Feat : Tsurumaru Kuninaga ( Touken Ranbu )
Voir le profil de l'utilisateur

Nomura Kazuo


29 ans & ♂OniLysProf de philo


Depuis toujours, les gens disent que Kazuo a un corps étrange, même au sein des Oni. Il arrive parfois que les formes d'Oni et d’humains de certains Oni se ressemblent, mais que très rarement autant que celles de cet homme. En effet, la seule différence entre ses formes est la présence de petites cornes sur le haut de son crâne qui apparaissent la nuit. À part ça, tout est identique. Peu nombreux sont ceux ayant déjà aperçu ses cornes de 9 cm, il a tendance à mettre une veste à capuche la nuit pour les cacher. Puisqu’il ne change pas d’apparence de manière flagrante, ceux l’ayant aperçu le soir ne se rendent pas tout le temps compte qu’ils sont en présence d’un Oni. Il n’est pas complexé par la taille de ses cornes, ça ne le dérange pas d’être un Oni de classe faible, c’est juste qu’il ne les aime pas, point à la ligne. Il trouve qu’elles ressemblent à des cornes de bébé chèvre, ce qui le gêne. Vous n’avez pas idées du nombre de photo de chevreaux que Silje lui a envoyé quand ils étaient en couple pour lui prouver que même s’il a des cornes semblables à celles d’une petite chèvre il est mignon, parce que les petites chèvres sont mignonnes.

Bon, laissons ça de côté. L’une des premières choses qui frappent habituellement les gens en voyant Kazuo, c’est sa tête. Le jeune homme possède une chevelure d’un blanc éclatant qu’il lave à chaque jour, soit dit en passant. Oui, c’est naturel, mais il dit généralement qu’ils sont teints et qu’à la base il a les cheveux noirs si quelqu’un pose la question. Ses étudiants aiment bien dire aux nouveaux que le prof de philo est un homme de grande stature, dans les alentours de 1m80, qui est souvent vêtu d’une longue veste blanche et qui a des cheveux blancs. Du coup, il n’est pas rare que ses nouveaux étudiants s’attendent à voir un vieillard au lieu d’un adulte de 29 ans en pleine forme.

Okay, en pleine forme est un peu exagéré, il ne fait pratiquement pas de sport, il marche pour aller de lieux en lieux en ville et c’est pas mal tout. Son corps est élancé et maigre, il ne mange pas énormément. Si Silje était encore de ce monde, elle ferait probablement une crise cardiaque en voyant qu’il ne mange un «repas normal» qu’une fois par jour, même encore là des sandwichs ou de la pizza n’est pas la meilleure option, et, à part ça, mange des fruits de temps en temps (principalement des oranges), des chips et des biscuits. Les seuls trucs qu'il boit est de l'eau et du lait au chocolat. Ce n’est pas qu’il ne sait pas cuisiner, c’est plutôt qu’il n’en a généralement pas envie. C’est dommage pourtant, parce qu’il faisait d’excellents repas il y a moins de dix ans. Ne vous en faites pas, ça ne fait pas dix ans qu’il mange mal, seulement trois. Kazuo tente parfois de cuisiner pour reprendre sa vie en main. Parfois. Ses résolutions ne tiennent généralement pas plus d’une semaine.

Une autre chose qui frappe au sujet de sa tête sont ses yeux. Deux yeux dorés scrutent souvent sa classe pour voir si ses étudiants suivent et ne se textent pas entre eux. Avant que vous ne posiez la question, oui, c’est naturel, encore une fois. Oui, il va mentir au sujet de leur couleur et dire qu’ils sont en réalité bleus. Il ne se souvient même plus de quand il a commencé à dire ces mensonges, ça fait tellement longtemps. Il a un regard extrêmement expressifs, quelqu’un n’étant qu’un soit peu doué pour «lire le regard» des autres peut aisément deviner ce qu’il ressent. Quand il est pris dans un dilemme, fait face à une situation compliqué ou à un choix difficile, il a tendance à se mordre la main. Du coup, il est un habitué de l'infirmerie. Quand il réfléchit, il a tendance à soit fixer le plafond, sortir un bout de sa langue ou tirer sur ses cheveux. À part ça, Kazuo n’est pas très expressif physiquement, il ne va pas faire plein de gestes durant une conversation ordinaire, comme par exemple bouger énormément ses bras. Par contre, il ne va pas se gêner pour marcher dans la classe, faire du bruit et bouger sans cesse lorsqu’il enseigne, ça l’aide à garder l’attention des élèves sur lui. Les seules fois où il reste assis en classe, c’est lorsqu’il corrige les examens et lorsque ses élèves travaillent. Quand il marche hors de sa classe, il a tendance à mettre ses mains dans ses poches et sifflote le premier air qui lui passe en tête. Ce prof fait rarement attention à ce qui l'entoure dans ces situations, il a la tête dans les nuages ou regarde le ciel. Il arrive parfois à Kazuo de chantonner les paroles lorsqu’il est seul. Sa voix est grave, mais pas trop. Il sait aller dans les notes très graves, par contre il ne peut pas utiliser ces notes très longtemps, ça lui fait mal à la gorge au bout d’un moment.

Vestimentairement parlant, ce professeur n’est pas très excentrique, si l’on met de côté la veste blanche pelucheuse qu’il traine généralement un peu partout même s’il n’est pas frileux. Elle est super douce, il aime ça. Il porte généralement un T-shirt noir avec un pantalon blanc ou l’inverse. Ses placards sont majoritairement remplis de vêtements blancs, gris et noirs, avec quelques pièces de vêtements d’une autre couleur par-ci par-là.

« Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l'action.» Victor Hugo, Les Misérables

Kazuo est un prof populaire au lycée, non pas à cause de son look, mais à cause de sa manière d’enseigner. Il écrit la grande majorité des notes à prendre au tableau en même temps qu’il parle, de cette manière autant les visuels, les auditifs et les kinesthésiques peuvent retenir la matière.  Les seules fois que vous allez le voir assis dans sa classe, c’est quand elle est vide ou bien lorsque ses étudiants font un examen. À part ça, il est une boule d’énergie. Le prof de philo est aussi reconnu comme ne donnant presque pas de devoir, outre les pages à lire avant le prochain cours. Une semaine sur deux, il vérifie si ses étudiants ont bien lu en faisant un petit test de 10 minutes qui ne vaut pas beaucoup de points, expliquant par la suite ce qu’ils ont lu et ajoutant des infos pour faciliter à la compréhension. Plusieurs sont les rumeurs comme quoi il consomme une quantité de café ou variante avant de venir en classe, parce qu’il bouge tout le temps, parle tout le temps et assez rapidement.

Mais ça, c’est que lorsqu’il se met «en mode prof». Si vous avez le malheur (ou le bonheur selon certains) de croiser Kazuo hors du lycée, vous risquez de remarquer bien rapidement qu’il est beaucoup plus calme et timide que lorsqu’il travaille. Il rougi très facilement: complimentez-le, comparez-le à quelqu'un d'autre ou pointez ses tics, manies et erreurs pour le voir devenir rouge. Quand cela arrive, il a tendance à mettre sa main droite devant ses yeux et sur une partie de ses joues. Par contre, n'essayez pas de le mettre en colère, il n'a pas un caractère explosif, il est plutôt du genre à planter un couteau dans le dos, façon de parler.

Avoir une bonne réputation envers les étudiants lui permet d’avoir une bonne réputation au lycée en général et envers les parents des étudiants, ce qui peut finir par avoir de bonnes répercussions. En effet, il est un manipulateur et planifie la plupart de ses faits et gestes pour qu’ils lui soient favorables. Cela explique aussi pourquoi il est tellement impliqué dans la vie des étudiants. Il leur permet de venir le voir dans sa classe pour qu’il corrige leurs dissertations avec eux en expliquant leurs points forts et faibles et il est facile de le contacter par message. Il semble être un prof parfait, étant en plus ponctuel et coopératif ( Besoin d’un remplaçant à la dernière minute? Si c’est pas trop compliqué, il peut le faire. ), mais ce n’est pas du tout le cas. Il fait tout simplement tout ce qui est en son pouvoir pour arriver à ses fins, ce qui est son vice. Ses actions sont moins graves que dans son ancienne vie, mais disons qu’elles ne sont pas toutes blanches. Il lui arrive parfois de mettre son nez où il ne faut pas et quelques fois de faire des choses pas très légales, mais dans de très très rares cas. Il ment souvent pour des choses anodines et en cache d’autres. Kazuo fait attention à son image et ne veut pas non plus avoir les flics sur le dos.

Retournons à son comportement hors du lycée. Kazuo a tendance à être soit extrêmement paranoïaque, soit extrêmement tête en l’air et ne remarque pas ce qui l’entoure. Il n’y a pas vraiment d’entre-deux. Il a souvent peur que quelqu’un le suit jusque chez lui sans son consentement, donc fait plusieurs détours avant de rentrer à la maison. Une chance qu’il est très visuel, sinon il se serait perdu plus d’une fois. Ce professeur a des tendances de théoricien du complot, au grand malheur de plusieurs. Surtout de la police. Le nombre de fois où il est allé les enquiquiner en déclarant sans cesse que les raisons pour lesquelles ils refusent de dire comment sa fiancée est morte et si sa fille est vivante est extrêmement nombreux. Il est persuadé qu’ils ont tué Silje et torturent  Kjersti en lui faisant passer toutes sortes d’expérience. Si vous avez des théories du complot et vous voulez en discuter avec quelqu’un, c’est à lui qu’il faut en parler. Il n’est pas rare de le voir fouiner dans une librairie à la recherche de livres à ce sujet.

Si Silje était au courant de cela, elle se retournerait probablement dans sa tombe. Il avait déjà tendance à faire des théories de ce genre dans le passé, mais la mort de cette dernière a empiré cela. En plus de ça, son style de vie est pire que celui du lycéen moyen, c’est étonnant qu’il ne soit pas sur un lit d’hôpital avec diverses maladies en ce moment. Ce n’est pas qu’il aime avoir un mode de vie malsain, c’est plutôt qu’il est lâche et refuse d’améliorer ses conditions de vie. C’était elle qui lui donnait envie de cuisiner et d’avoir un mode de vie sain, mais là il n’y a plus personne pour remplir le rôle de motivateur. De plus, quand elle était en vie, Silje était sa confidente: il lui racontait tout. Avoir plein de secrets finit par être lourd à la longue, donc il se vidait et elle l'écoutait. Kazuo a des problèmes de confiance dû à sa paranoïa, mais Silje faisait parti des rares personnes ayant sa confiance. Depuis qu'elle est décédée, il n'est pas rare de le voir déambuler dans les rues la nuit ou bien être assis devant sa tombe dans les alentours de minuit. Il a besoin de réconfort et parler à la tombe de Silje est la seule manière qu'il a trouvé pour en avoir depuis 9 ans. Du coup, vu qu'il a tendance à déambuler dans les rues le soir, finissant parfois au bar sans trop boire s'il a cours le lendemain, il ne dort que très peu, se levant naturellement tôt le matin, à son plus grand malheur.

Peut-être qu’il commence à se faire vieux, mais il n’apprécie guère le système de Buddy. Kazuo ne sait pas s’il est chanceux ou malchanceux de ne jamais avoir trouvé le sien dans le passé, mais dans tous les cas, il a pu constater les dégâts que cela avait fait. Il n’était plus au lycée il y a dix ans, du coup il n’est pas au courant du meurtre qu’il y a eu, mais cela aurait probablement empiré sa vision de la chose. Il est certes d’accord que les Oni soient en bons termes avec les humains, sa chérie en était une après tout, mais déteste le fait que les enfants Oni se font sortir de chez eux. Il déteste encore plus le fait que les enfants mi-Oni sont emportés dans un lieu inconnu. À quoi bon permettre aux Oni d’avoir des relations avec des humains si c’est pour leur enlever le fruit de cette union? Il y a anguille sous roche, et Kazuo a bien l’intention de faire tout en son pouvoir pour découvrir pourquoi ils les emmènent au loin et ce qu'ils font avec. Il a bon espoir de retrouver sa fille un jour, même si elle ne se souvient pas de lui.  
Ailes coupées
Un soupir s’échappa de tes lèvres tandis que tu te remémorais ce qui s’était passé en classe quelques heures plus tôt. Rien de bien anormal, juste le fait que soudainement toute ta classe s’était mise à chanter joyeux anniversaire à un de tes élèves qui avait énormément rougi de cela. Tu avais participé à la petite chansonnette avant de ramener la classe au calme. C’était bien beau de célébrer la naissance d’un de leurs amis, mais tu étais en train de donner de la théorie importante. À la fin du cours, une de tes étudiantes était venue te voir, te demandant si tout allait bien. Un sourire aux lèvres, tu lui avais répondu que tout allait bien avant de t’éloigner en direction de la sortie du lycée, mais ton regard rempli de tristesse ne lui avait pas échappé. Au final, tu avais fait un détour et était parti t’assoir sur un banc du parc, contemplant le ciel depuis.

9 ans auparavant, à la même date, tu avais perdu femme et enfant, non? La faucheuse t’avait enlevé ta chère Silje du jour au lendemain sans explication. Tout ce que tu savais, c’était qu’elle avait trouvé la mort. Étant l’être quelque peu paranoïaque que tu étais, tu te doutais qu’il s’agissait d’un meurtre, mais tu n’avais aucune preuve à l’appui. Du coup, tu gardais tes soupçons secrets. Tu te doutais qu’elle avait tentée de fuir avec l’enfant et qu’elle avait croisée la mort en chemin. Tu savais pourquoi elle avait tenté de fuir et tu ne lui en voulais pas, t’aurais probablement fait la même chose à sa place.

Un gazouillement de bébé joyeux parvint à tes oreilles. C’était probablement l’enfant de deux humains, puisque les Oni ne gardaient pas leurs progénitures. Un sentiment de jalousie bouillonna dans ton cœur. Pourquoi est-ce que les humains pouvaient garder leurs enfants, mais pas eux? Silje était humaine, ils auraient pu garder leur petite Kjersti! Mais non, les enfants ayant du sang d'Oni en eux doivent être envoyés ailleurs! Si ta petite princesse avait été une Oni, elle aurait certes quand même quitté la maison, mais avec un peu de chance tu aurais pu être son prof de philo quand elle aurait été plus grande. Sauf que non, elle était mi-Oni mi-humaine, du coup tu n’avais aucune idée de ce qu’il allait lui arriver. Tu ne savais même pas si elle était encore en vie!

« Hey Nomura-sensei, je ne pensais pas vous voir là! Ça fait longtemps! Vous vous rappelez de moi? »

Un des tes anciens élèves était venu te voir alors que t’étais, lentement mais sûrement, en train de te plaindre mentalement de ton sort. Tu le reconnaissais, c’était un de tes premiers étudiants. T'avais eu de la difficulté à gérer son groupe, c'était la première fois que tu enseignais. Il te rappelait quelque peu Rick, ton meilleur ami du lycée. Ah, Rick. Un gars coincé qui te suivait comme ton ombre et qui n’avait aucune confiance en soi. Il n’était pas ton buddy, il était celui d’un autre. Toi, tu n’avais jamais rencontré le tien. Il se tenait probablement là où tu n’allais jamais. Tu pensais que Rick était un Oni au début, mais tu t’es rendu compte de ton erreur la fois où vous avez tenté de sécher le couvre-feu pour aller au bar malgré que vous étiez tous deux mineurs. T’étais rebelle à l’époque, non? C'était une chance pour vous que Rick avait abandonné l’idée à la dernière seconde, sinon les conséquences de votre acte auraient pu être désastreuses. Tu ne sais pas s’il s’était rendu compte que tu étais un Oni, mais pas une seule fois il n’en avait fait mention. Il était retourné chez lui en Oregon après le lycée et tu ne l’avais jamais revu par la suite.

« No-mu-ra - sen-seeeeeeiiiiiiii! Votre mère ne vous a pas appris que fixer les gens comme ça est impoli? »

« Dire ça est impoli… »

Ta mère ne t’avait pas élevé de toute façon, un couple d’humains s’en était occupé. Bon, théoriquement, tu vivais avec d’autres enfants Oni, mais il y avait deux humains qui s’occupaient plus de toi que des autres, donc tu les considérais comme tes parents. Ils s’étaient visiblement attachés au petit blanchâtre qui se tenait à l’écart des autres et se considéraient responsables de toi, même s’ils ne l’étaient légalement pas. Tu étais né un 15 octobre il y a 29 ans de cela et quelqu’un t’avait arraché aux bras de ta génitrice peu de temps après. Le collège en étant entouré d'Oni ne s’était pas très bien passé. Les profs te forçaient à travailler en équipe avec les autres. Même pour un Oni t’avais l’air bizarre, t’intégrer aux autres avait été une plaie. Au final tu as réussi à t’intégrer à un groupe, mais ils n’étaient pas une bonne influence envers toi. Hiroko a entendu plusieurs rumeurs comme quoi tu séchais des cours, mais elle ne t’a jamais engueulé pour cela. Réprimandé oui,  mais jamais engueulé. Elle avait été une bonne figure maternelle.  Tiens, tant qu’à y penser, t’iras la voir cette fin de semaine, ça fait longtemps que t’as pas vu tes «parents», comme tu aimes bien les appeler.

« J’ai une question! »
« Je t’écoute. »
« Elles étaient comment vos années à l’uni? J’veux être prof de philo moi aussi! »

Ah, un autre soupir. Tu ne voulais pas paraître inintéressé, mais c’était sorti tout seul. Tu te déplaças sur le banc pour lui laisser de la place. Bien heureux, le jeune homme s’écrasa à côté de toi et tu commenças à lui raconter tes années d’études. Tu lui racontas à quel point tu avais eu de la difficulté à finir ton Master, disant simplement qu’un malheur t’était arrivé à un certain moment et que ça l’avait grugé toute ta volonté. Après vint toutes les anecdotes de ce qui s’était passé lors du doctorat et à quel point tu avais détesté écrire une mémoire. Écrire une mémoire était bien ce que tu avais le plus détesté au cours de tes études. Tu lui racontas que tu avais réussi à trouver un emploi presque dès la sortie des études, ton ancien prof de philo ayant pris sa retraite à ce moment là. Ton ancien étudiant décida de parler de sa vie et des souvenirs qu’il avait des cours que tu lui avais donnés il y a 3 ans de cela. Sans t’en rendre compte, quelques heures passèrent rapidement et tu finis par rentrer à la maison. Écouter un film allait te faire du bien, remuer sans cesse tes souvenirs en cette journée de deuil n’était pas bon pour ton moral.

Pseudo

Feat de l'avatar : Tsurumaru Kuninaga - Touken Ranbu

Ton âge : 18

Souhaites-tu rejoindre l'une des intrigues disponibles ? : Probablement, j'y réfléchis encore

Quel est ton type de RP favori ? : Gore! J'aime le gore! Sauf que je vais pas jouer de gore avec Kazuo, du moins j'espère pas haha. Du coup, action et comédie se battent pour la seconde place. J'suis pas très difficile niveau type de RP.

Comment es-tu arrivé-e ici ? : J'ai violemment été attaqué sur Skype *poke l'admin*

Que penses-tu du forum ? : Il est joli et le peuple sympathique.


Ce prof corrige vos copies en #850606
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Directeur du campus
Clubs: /
Buddy: /
Jeu 3 Aoû - 21:53
Messages : 98
Date d'inscription : 07/02/2017
Age du personnage : 26
Feat : Gilgamesh (Fate/Stay Night)
Voir le profil de l'utilisateur http://himawari-no-yakusoku.forumactif.com

Tu es validé !
    Ta fiche est trop keeewl, Kazuo me fait trop rire avec ses mimiques haha, il est adorable, même s'il est complètement paranoïaque. Il est drôle aussi, avec ses défauts d'adolescent qui mange n'importe quoi, puis le contraste avec l'histoire est fantastique. Tu passes d'un truc tout mignon tout drôle à du feels. En tout cas, tu es validé ! Poussin GO GO !

CE QUE TU DOIS FAIRE MAINTENANT

Tu dois recenser ton avatar ici
Tu dois nous dire où il vit ici
Et pour son travail, tu dois nous le dire ici

Et :
Si tu veux des liens, tu peux faire ta fiche ici
Tu peux communiquer par téléphone avec ceci
Tu peux demander un RP ici
Et enfin, tu peux t'inscrire à une intrigue en envoyant un post à la suite de l'intrigue que tu aimes ici

C'est tout ! Maintenant, tu peux gambader joyeusement sur le forum Poussin
Amuse-toi bien, prends du bon temps à Himawari !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himawari No Yakusoku :: Personnages :: Fiches de personnages :: Fiches validées-