Maxxie ♥ Flower Power !

Maxxie ♥ Flower Power !

 :: Personnages :: Fiches de personnages :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Première année de lycée/Modèle photo
Clubs: Photographie
Buddy: /
Lun 31 Juil - 22:38
Messages : 25
Date d'inscription : 30/07/2017
Age du personnage : 18
Feat : OC - Punziella
Voir le profil de l'utilisateur

Richard Maxxie


18 y.o || ♀HumaineOrchidéePremière année



Lizz Robinett [Ikanaide] is Max's voice ♫


Maxxie n'est pas de ceux qui marquent les esprits. Elle n'est pas de ceux qui font se retourner, pas de ceux qui font ouvrir de grands yeux, ou au contraire plisser les paupières sur leur passage. Elle n'est pas de ceux que l'on remarque. Et cela… C'est sans doute car elle ne sort jamais de chez elle, quand on y réfléchie. Rares sont ceux qui la connaissent autrement que la nuit, dans la pénombre du soir, où malgré ses cheveux pastels elle parvient totalement à se fondre. Pour ceux qui ne la connaissent que cachée au fin fond du soir avenant, elle n'est qu'une silhouette parmi tant d'autres ; une jeune fille, petite, d'à peine plus de cent-soixante centimètres de haut, fine et ne devant pas dépasser les cinquante kilos ; sans formes qui attirent particulièrement l'attention, mais avec des courbes tout de même agréables à regarder lorsqu'on y prête légèrement attention.

Cependant, la plupart de ceux qui la connaissent le jour ne sont pas beaucoup plus servis sur son apparence : bien que passant moins inaperçue de par son accoutrement peu commun, croisée au détour d'un couloir, dans un coin d'ombre à l'extérieur, la jeune fille ne se laisse pas découvrir si facilement. Elle ne porte, en journée, que de grands vêtements, amples et clairs, qui cachent chaque centimètre carré de sa peau, et protège sa tête et son visage à l'aide de larges lunettes de soleil opaques et de grandes capelines blanches. Et même en intérieur, il est rare qu'elle prenne la peine de se découvrir, souvent par prudence envers le soleil.

Il n'y a, finalement, qu'une poignée de personnes qui la connaissent sous son entière apparence, qu'elle ne dévoile que lorsqu'elle est sûre d'être hors d'atteinte de la lumière du jour. Peu sont ceux qui on pu un jour véritablement rencontrer son visage si atypique, qui mêle adroitement traits fins et enfantins ; son nez en trompette, ses yeux pétillants et imitant la forme des amandes mais la couleur des noisettes ; sa peau aux imperfections beaucoup trop bien cachées, son teint meringué à peine trop clair pour être synonyme de bonne santé, parsemé de nombreuses tâches de rousseur; ses lèvres gourmandes et rosées, ses incisives supérieures légèrement écartées lorsqu'elle sourit, son unique fossette, du coté gauche, ses joues qui s'empourprent au moindre détail ; ses cheveux lisses, fins et cendrés mais teints d'un rose barbe-à-papa, son ancienne frange asymétrique trop longue à présent pour être qualifiée de frange mais trop courte pour être confondue avec ses autres mèches ; son odeur, de bonbon au citron et de tarte guimauve-framboise à la fois ; ses lunettes rondes, cerclées d'un métal fuchsia, qu'elle remplace par une paire de lentilles de vue lorsqu'elle doit porter des verres solaires ; sa tâche de naissance brune sous son oreille gauche et son tatouage, représentant une Viola, dans sa nuque. Tout cela, toute cette beauté subjective, si particulière, comme l'est chacune des beautés du monde, ce visage si unique, comme l'est chacun des visages de l'Humanité, elle n'a jamais souhaité le cacher au monde. Et pourtant, le monde ne peut le voir.


Un jour, on est venus au monde. Depuis, on attend que le monde vienne à nous.


SA DESCRIPTION
JOYEUSE                                   OBSERVATRICE
STUDIEUSE
                              INTROVERTIE
NAÏVE
                                        ALTRUISTE
OUVERTE
                                  DÉSOBÉISSANTE
POSSESSIVE
                             CASSE-COU
VIVE
                                            IMAGINATIVE
LOYALE
                                      FANTASQUE
TÊTUE
                                        ANGOISSÉE
SINCÈRE
                                   OPTIMISTE
TIMIDE
                                      DISTRAITE
HUMBLE
                                   HYPERÉMOTIVE
RÊVEUSE

IDÉALISTE          
CURIEUSE
RUSÉE


SES GOUTS ET SES PEURS

HORIZONTAL
5. Girafophobe ? Nan. Ce mot n'existe pas. Et pourtant, elle a une peur bleue des girafes, c'est plus fort qu'elle. Peut-être sont-ce leurs langues bleues et baveuses qui l'effraient autant ?
6. Un de ses plus grands rêves est de pouvoir un jour aller se baigner dans la mer,en plein jour,  sous un soleil éblouissant.
7. Vraiment pas douée en matière de sentiments, de rapports humains, elle a tendance à fuir le contact, tout en enviant dans son coin les gens qui l'ont facilement.
10. Pour en avoir mangé presque tous les jours durant plus d'un an, elle a à présent en horreur la nourriture en boite et tous les plats préparés.
11. Elle porte un amour inconditionnel envers les fleurs, qui constituent tout ce qu'elle n'est pas et la passionnent littéralement.
14. Véritable amatrice de bonbons et de confiseries, elle affectionne tout particulièrement la guimauve (et par extension les marshmallows), les sucettes et le chocolat, qu'elle pourrait manger par kilos et considère comme ses aliments favoris.
15. Elle est terriblement acrophobe et a une peur panique du vide. Cela dit, il ne faut pas confondre vide et hauteurs : elle n'a pas le vertige et peut prendre pas mal de hauteur sans que cela ne la dérange outre-mesure.

VERTICAL
1. Voilà bientôt quatre ans qu'elle jongle entre Canon numérique et Argentique, durant son temps libre.
2. Elle aime toutes les couleurs pastels mais le rose est de loin sa préférée.
3. Très sensible au piquant, elle a horreur de la nourriture épicée qui lui brûle littéralement les papilles.
4. Entre Modern Jazz et Contemporaine, cela fait maintenant plus de seize ans qu'elle pratique la danse au quotidien, avec passion et acharnement.
8. Amoureuse de la langue de Shakespeare, elle voudrait plus tard l'enseigner en université.
9. Au fil des années, passer son temps à sortir la nuit a fait d'elle une experte en étoiles et planètes.
12. Véritable passionnée d'informatique et de jeux vidéos, elle est une joueuse et une codeuse hors-pair.
13. Il s'agit clairement de sa planque favorite lorsqu'elle doit échapper au soleil. En journée, cherchez dans les arbres et vous êtes sur de la trouver en un rien de temps.

Awesome life.

Petite précision extérieure au texte : Je parle dans l'histoire de Max de la maladie dont elle est atteinte, la Xeroderma Pigmentosum. Pour ceux ou celles qui seraient intéressé.e.s, sachez que cette pathologie existe bel et bien ! Aussi appelée Maladie des Enfants de la Lune, il s'agit d'une maladie génétique très rare et extrêmement grave liée rayons UV (naturels ou artificiels), qui se déclenche dès les premières années de la vie de ses victimes et finit généralement par les tuer avant l'âge adulte (seul environ 21% des victimes survivent à l'enfance). Je vous mets, si jamais vous souhaitez vous renseigner, le lien vers un PDF que j'ai trouvé très complet juste là, mais gardez dans tous les cas en tête que j'ai romancé certains détails et symptômes de la maladie, afin qu'elle colle mieux à Maxxie et son histoire, et que la réalité n'est donc pas telle que je l'ai écrite dans le texte qui suit !
Bonne lecture ♥



Dans la pénombre de la petite pièce aux rideaux tirés, le silence est presque total. Simplement brisé par une respiration faible et saccadée. Au centre de la chambre en désordre, un lit défait, aux draps blanchâtres tâchés de quelque rouge sombre. Sur ce lit, une âme en peine, qui se demande durant combien de temps elle pourra continuer à vivre.

Ses mains, poisseuses, ne cessent d'agripper les draps sales, de détresse ; son flanc gauche la lance terriblement, tandis qu'elle peut encore sentir, même quelques minutes plus tard, un liquide chaud et épais couler abondamment le long de son corps, du trou formé par la plaie jusqu'au matelas. A présent, sa crise semble passée, mais les regrets d'avoir fait ce qu'elle vient de faire retiennent fermement son angoisse contre elle, et son esprit ne peut être tranquille ; son regard ne cesse de passer d'un recoin à l'autre de la chambre, ne se posant jamais plus d'une demi-seconde au même endroit. Et lorsque celui-ci se porte sur le morceau de chair gonflé de quelques centimètres de diamètres, posé sur le lit, elle ne peut en supporter la vue et l'envoie à l'autre bout de la chambre d'un mouvement brusque et terrorisé. Elle voudrait que tout s'arrête, maintenant, avant que sa tête n'explose. Comment a-t-elle pu en arriver là ? Comment a-t-elle pu en arriver à un tel point où le dernier moyen de soulager ses angoisses est de s'arracher elle-même ses morceaux de peau boursoufflés et endommagés, car elle ne supporte plus ce que cette maladie fait à son corps ?!

Cette maladie, cette foutue maladie… Sa mère lui a dit un jour, mot pour mot, elle s'en souvient, à travers la porte de la pièce : "Ma chérie, tu sais, à la seconde où tu es née, tu as commencé à te battre. Je l'ai vu, je l'ai senti au fond de mon cœur, ta propre naissance a été la première de tes batailles, et tu l'as remportée. Comme tu as remporté jusqu'à présent toutes les autres. Alors, je t'en prie, je sais que tu es capable de remporter celle-ci aussi. Bats-toi. Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour Merry et moi. N'oublies jamais que nous t'aimons, et bats-toi."

Sa mère, sa sœur Merry… Voilà bien trop longtemps qu'elle n'a pas vu ne serait-ce que leur silhouette, le contour de leur visage. Bien trop longtemps qu'elles lui manquent, et bien trop longtemps que ce discours résonne dans sa tête, sans qu'elle n'y réponde. Mais que pourrait-elle y répondre ? Comment pourrait-elle se battre plus longtemps contre cette atrocité ? A la seconde où elle a vu le jour, c'était perdu d'avance. Son corps frêle de nouveau-né ne tenait déjà que trop peu à l'époque, qu'est-ce que ces foutus médecins espéraient donc faire ? La mettre sous couveuse, exposée à la lumière, cela aurait pu être une bonne idée. Une idée fabuleuse-même ! Si toutefois la lumière n'avait pas été la cause de tous ses tourments.

Xeroderma Pigmentosum… Ce nom sonne pire qu'un cri de chimère, pour elle. Cette maladie, celle des Enfants de la Lune, celle qui mange les yeux, le visage et la peau des enfants, quitte parfois même à les tuer alors qu'ils n'ont pas vécu dix ans… Cette maladie qui lui a pris l'un de ses yeux, qui lui a pris son corps, qui lui a pris son passeport pour avoir une vie normale avant qu'elle n'ait même le temps d'apprendre à prononcer son propre prénom. Elle-même ne sait pas comment elle a pu survivre aussi longtemps à cette horreur alors que tant d'autres ont échoué à sa place. A vivre cachée de la lumière du jour comme de la lumière artificielle, à vivre la nuit, à vivre cachée de tous et différente de ceux qu'elle rencontre. Jamais n'a-t-elle pu trouver une seule personne qui lui était semblable. Des Enfants de la Lune, elle en a vu des tas. Le net regorge d'articles parlant de cette maladie génétique, qui se déclenche avant le premier anniversaire de ses victimes et qui leur interdit de s'exposer à quelque lumière qui existe s'ils ne veulent pas voir leurs peau se peupler d'anomalies, de tâches de rousseurs, de brûlures, de boursouflures et de crevasses ; voir leurs yeux s'infecter jusqu'à en perdre l'usage ; voir leur cils tomber les uns après les autres ; voir des cancers naitre et grandir en eux, jusqu'à finir par les dévorer de l'intérieur. Des articles qui content des histoires d'enfants comme elle, elle en a lu des tas, mais cela n'a toujours fait que l'horrifier un peu plus. L'hôpital et sa lumière blanche lui étaient proscrits, et pourtant il s'agissait du seul endroit où les médecins pouvaient effectuer de réelles recherches sur ce qu'elle avait, afin d'espérer trouver un jour un antidote miracle qui lui permettrait d'effacer tout ça. Durant des années, elle s'est battue dans l'espoir d'être finalement guérie par la magie de la science, et malgré la perte de son œil gauche, malgré la perte momentanée de son ouïe, malgré la tournure que prenait son corps tout entier, elle a continué de se battre, accompagnée de sa famille toute entière. L'argent aidant, on lui a obtenu une prothèse oculaire, on a déménagé au Japon car l'avancement dans la médecine là-bas était bien plus élevé qu'en Angleterre, on lui a obtenu des tonnes de produits pour la peau, pour qu'elle retrouve au moins une apparence quelque peu naturelle.

Elle s'est battue, a grandit, a évolué, a appris, a aimé. Elle est même parvenue à trouver des vocations, presque des raisons de vivre. Enfermée dans sa chambre d'enfant tout le jour, à ne pouvoir sortir que la nuit, et l'ennui aidant, elle s'est peu à peu coupée du monde, bien malgré elle ; elle parvenait à suivre une scolarité quelque peu mouvementée, alternant école lorsqu'elle allait plutôt bien et correspondance quand son corps ne tenait pas le coup. Et cette bulle, dans laquelle elle s'est doucement enfermée s'est finalement transformée en véritable univers : accrochée à son ordinateur, elle a développé une culture sans égal, du monde mais aussi du net, qui a constitué sa première vocation ; sans même s'en rendre compte, elle s'est changée en véritable geek, passionnée d'informatique, de codage, de programmation et de jeux vidéos en un rien de temps. Sa deuxième passion a été celle de l'anglais, et plus particulièrement de la littérature anglaise ; sa troisième musique et sa quatrième ; la danse, qu'elle a pratiqué durant des années avec application et douceur.sa troisième, et sans doute de toutes la plus puissante, celle des fleurs. Elle a développé, alors qu'elle était encore en primaire, un amour aussi admiratif qu'irréversible pour ces êtres pourtant si différents d'elle : eux avaient besoin de s'exposer au soleil pour vivre, tandis qu'elle devait s'en cacher pour survivre.

Alors, malgré son combat quotidien contre la vie, elle parvenait à sourire, à garder sa bonne humeur constante, à apprécier la vie. Mais rien tout ceci n'est plus possible. Elle ne saurait dire quand elle a commencé à perdre ce goût de vivre, quand elle a commencé à perdre cette envie de ce battre, quand elle a commencé à perdre cette rage de vaincre. Quand elle a commencé à perdre la tête. Peut-être cet état, dans lequel elle se trouve actuellement, a toujours été là, bien rangé dans un coin de sa tête en désordre. Peut-être qu'il n'a suffit que d'une rechute dans la maladie, alors que tout semblait aller pour le mieux, afin que tout n'explose. Cette rechute, qui a eu lieu suite à une complète exposition au soleil de seulement quelques minutes a été des plus violentes, l'a entrainée dans un trou, si vicieux, si profond, si sombre qu'elle n'a pu que continuer de tomber depuis le début de sa chute. Son état actuel en est la plus malsaine mais la plus représentative des illustrations ; elle en a bien conscience. Le pire pour elle est sans doute d'en avoir conscience ; elle sait, elle sent, mais elle n'a pas la force de se battre contre. L'impuissance est son pire fléau. Alors elle tente de vaines actions pour éviter de souffrir plus, tout en sachant pertinemment qu'elle finira par se blesser tout de même. Elle a terriblement peur de souffrir, alors elle se cache, reste terrée dans sa chambre, à se cisailler la peau à coup d'ongles lorsqu'elle angoisse sur ses anomalies, pour ne plus les voir, pour qu'elles ne fassent plus partie de son corps, pour qu'elle redevienne une personne normale. Et ce quitte à massacrer la surface de son corps. Elle a conscience que ce qu'elle fait ne la mènera à rien, et pourtant elle ne peut s'empêcher d'agir, et continue, continue, jusqu'à sans doute se laisser engloutir par ses propres ténèbres.
Son regard se pose sur ses mains toujours pourpres et sales, qu'elle tente vainement d'essuyer sur ses cuisses nues. Elle a terriblement peur de tout cela. Mais que peut-elle faire ? Elle tremble, et des gouttelettes transparentes viennent s'écraser au ralenti sur ses doigts recroquevillés ; elle laisse échapper une exclamation de surprise presque inaudible : sa vue n'est même pas troublée, elle ne les sent même pas s'échapper de ses yeux. Elle ne s'y attendait pas, une fois de plus. Encore une caractéristique bien propre aux Enfants de la Lune, de ne pas se rendre compte de ses pleurs. Elle aurait envie de crier contre cette foutue lune, qui doit probablement trôner fièrement dans le ciel au dessus d'elle. Elle aurait envie, besoin même, de le faire, mais elle n'en a pas la force. Elle est épuisée, elle n'a plus la force de rien. Alors, elle se tait, laissant son espace vital retourner à son calme habituel.

Dans la pénombre de la petite pièce aux rideaux tirés, le silence est alors à nouveau presque total. Simplement brisé par cette respiration faible et saccadée. Au centre de la chambre en désordre, ce lit défait, aux draps blanchâtres tâchés de quelque rouge sombre. Sur ce lit, cette âme en peine, qui se demande durant combien de temps elle pourra continuer à vivre. Combien de temps lui sera-t-il encore accordé ? Et si elle doit survivre encore des années, la vie aura-t-elle un goût assez prononcé pour qu'elle ait le courage de se tenir sur ses deux pieds ?
Dans la pénombre de la petite pièce, le silence est total, mais dans son cœur, le silence crie.

Deuxième petite précision extérieure au texte : j'ai décidé ici de ne conter qu'une seule partie de la vie de Max, afin d'expliciter un maximum sa maladie, car c'est quelque chose de compliqué à jouer inrp pour moi, et de compliqué peut-être même à comprendre pour mes partenaires.
Il s'agit donc d'un passage particulièrement empli de désespoir de sa vie, d'où son caractère très sombre, c'est évident. Cela dit, pas d'inquiétude ! Comme vous avez pu le lire, Maxxie était originellement quelqu'un de véritablement joyeux au quotidien, et suite à cette mauvaise période de sa vie - qui a duré le temps de sa quinzième et de sa seizième année - elle a finalement repris gout à la vie et n'est en aucun cas dépressive. Lorsqu'elle est allée mieux, elle a pu reprendre sa scolarité, avec deux ans de retard, et a alors décidé d'intégrer Himawari - car il s'agissait de son dernier recours, entre autres. Actuellement, donc, même si elle garde une petite partie d'elle torturée et n'ayant pas vraiment survécu à ce traumatisme, elle semble totalement "normale" et vit très bien son nouveau quotidien d'étudiante !
Des bisous ♥


Swapp

Feat de l'avatar : OC — by Punziella on Deviantart

Ton âge : Lvl 16

Souhaites-tu rejoindre l'une des intrigues disponibles ? : Honnêtement, l'intrigue du Retour à l'origine (la seule intrigue disponible pour le moment, en fait x3) me tente bien, en tant que Youkai 2 !

Quel est ton type de RP favori ? : Mh… J'aime tous les types de RP, en fait x) Mais si devais choisir, ce serait le drame, la romance, le thriller, et pourquoi pas l'action ! ♫

Comment es-tu arrivé-e ici ? : Par le biais du fonda que je hug. ♥

Que penses-tu du forum ? : MON DIEEEEUUUU MAIS C'EST BEAAAAUUUUU ! Je ne le répèterai jamais assez. Autant niveau design que niveau contexte, tout est super ici. J'AIME. DEFINITIVEMENT. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Directeur du campus
Clubs: /
Buddy: /
Lun 31 Juil - 23:00
Messages : 99
Date d'inscription : 07/02/2017
Age du personnage : 27
Feat : Gilgamesh (Fate/Stay Night)
Voir le profil de l'utilisateur http://himawari-no-yakusoku.forumactif.com
Bienvenue toi Cat10
Ton feat est très beau, j'aime beaucoup ces couleurs aussi, ça donne un effet barbe à papa Poussin Et tu as oublié l'âge qui doit être dans la case où il y a le sexe
ET J'AIME TES COMPLIMENTS PUNAISE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Première année de lycée/Modèle photo
Clubs: Photographie
Buddy: /
Lun 31 Juil - 23:55
Messages : 25
Date d'inscription : 30/07/2017
Age du personnage : 18
Feat : OC - Punziella
Voir le profil de l'utilisateur
Merciiii ! Cat10

Héhéhé, l'effet barbe à papa était justement recherché, heureuse que ça ait fonctionné ! o/ Pour l'âge, c'est tout à fait vrai, désolée, je viens de modifier ça ! La suite de la fiche arrive dans pas longtemps en tout cas. ♥️

Héhé, moi j'aime complimenter quand le travail en vaut le coup, alors ça tombe bien, chou ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Directeur du campus
Clubs: /
Buddy: /
Mar 1 Aoû - 0:40
Messages : 99
Date d'inscription : 07/02/2017
Age du personnage : 27
Feat : Gilgamesh (Fate/Stay Night)
Voir le profil de l'utilisateur http://himawari-no-yakusoku.forumactif.com
Mais je t'en prie ! Poussin

Aaaah fantastique ! J'attends ta fiche avec impatience !

Mooooooh tu es adorable Cat10
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Première année de lycée/Modèle photo
Clubs: Photographie
Buddy: /
Mer 9 Aoû - 20:49
Messages : 25
Date d'inscription : 30/07/2017
Age du personnage : 18
Feat : OC - Punziella
Voir le profil de l'utilisateur
Et voilà, petit up du sujet juste parce que j'ai terminé ma fiche ! /o/
J'espère que tout ira comme il faut, des bisous ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Classe/Métier: Première année / Danseur contemporain professionnel
Clubs: Volley-ball
Buddy: No one
Poussin, Aë sucre & Jumin Howard
Mer 9 Aoû - 22:01
Messages : 123
Date d'inscription : 02/08/2017
Age du personnage : 18
Feat : Re°
Voir le profil de l'utilisateur

Tu es validée !
    Ta fiche est kewl ! J'adore les couleurs que tu as ajouté, ainsi que le feat, il est beaaaau luc1 L'histoire de Super Max est triste, mais ça rajoute du charme au personnage et je trouve ça bien de jouer un personnage avec une maladie difficile, cela donne de la diversité dans le jeu et pousse les gens à comprendre les difficultés que peuvent rencontrer les vivants. J'aime beaucoup. Et psst Super Max est cute. Je te valide !

CE QUE TU DOIS FAIRE MAINTENANT

Tu dois recenser ton avatar ici
Tu dois nous dire dans quelle classe est ton personnage ici
Tu dois nous dire dans quel-s club-s est ton personnage ici
Tu dois nous dire dans quelle chambre il est ici
Et s'il a un travail, tu dois nous le dire ici

C'est tout ! Mais :
Si tu veux des liens, tu peux faire ta fiche ici
Tu peux communiquer par téléphone avec ceci
Tu peux demander un RP ici
Si tu veux un Buddy, viens ici
Et enfin, tu peux t'inscrire à une intrigue en envoyant un post à la suite de l'intrigue que tu aimes ici

C'est tout ! Maintenant, tu peux gambader joyeusement sur le forum Poussin
Amuse-toi bien, prends du bon temps à Himawari !



Freedom exists

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himawari No Yakusoku :: Personnages :: Fiches de personnages :: Fiches validées-